Comment bien choisir votre conditionnement alimentaire

Pierre Grante
Pierre Grante | 4 min lu

Souscrivez pour rester à jour

check
Super!
Vous êtes maintenant inscrit!
subscribe-decor

Selon que vous vendiez en hypermarché, chez un traiteur, en événementiel ou en e-commerce, le conditionnement alimentaire ne prend pas la même forme.

Selon aussi la nature de vos aliments et le positionnement de votre marque, il prend aussi différentes formes.

Ce que le conditionnement alimentaire a de commun en revanche quel que soit le canal de vente ou la nature de ce que vous vendez, c’est qu’il doit répondre à des règles de sécurité, de praticité, d’éco-responsabilité et bien sûr de design.

Pour tirer tout cela au clair, vous allez donc comprendre une fois cet article fini :

Allons-y !

Définition du conditionnement alimentaire

Le conditionnement alimentaire est l’emballage primaire qui est en contact direct avec les aliments. Il doit conserver les aliments, les mettre en valeur et les isoler de l’environnement pour les protéger d'éventuels agents pathogènes.

Canettes colorées de boisson

Quelle est la différence entre l’emballage et le conditionnement

Le conditionnement correspond à l’emballage qui est en contact direct avec le produit, on l’appelle aussi emballage primaire car il est le premier de tous les emballages, la “sous-couche”.

J’utilise ici des guillemets car il est parfois la seule couche à emballer les produits, notamment dans le cas des aliments : boîtes de conserve, boîte de pâtes, poke bowl pour l’événementiel, sac kraft pour croissant, etc.

Sécurité alimentaire, informations et réglementation

Qui dit conditionnement alimentaire, dit sécurité alimentaire, réglementation, informations nutritives, etc.

En effet, votre conditionnement alimentaire doit :

  • Protéger ce qu’il contient : on emballe pas des chips comme on emballe de la viande
  • Préserver et respecter la réglementation : saveur, toxicité, transfert de matériau, etc.
  • Informer le consommateur

Protéger les aliments grâce au conditionnement alimentaire

Si les œufs sont dans ces boîtes si particulières en cellulose moulée ce n’est pas pour rien : les œufs sont fragiles et ont besoin d’une protection adaptée.

Boîte à oeufs en cellulose moulée

De même, les chips, cassables voire friables ont besoin d’un conditionnement adapté : les sachets en aluminium/plastique gonflés. On utilise en effet de l’azote pour gonfler le paquet et éviter aux chips de se briser et favoriser leur conservation.

Enfin dernier exemple : le lait par exemple, en tant que liquide a besoin d’une bouteille ou d’une brique scellée hermétiquement pour ne pas se renverser et se conserver.

Par ailleurs, des noisettes ou des poireaux en revanche n’ont pas besoin de protection : ils ne cassent pas facilement, s’empilent sans se détériorer, etc.

Noisettes en vrac

Vous l’avez compris : chaque aliment a des besoins spécifiques quant il s’agit d’éviter qu’il se détériore ou s’échappe de l’emballage. Il vous faudra donc utiliser le bon matériau et la bonne forme de conditionnement alimentaire.

C’est votre stockage et transport qui sont en jeu, mais aussi ceux de la grande surface, du traiteur et du consommateur.

Préserver et respecter la réglementation sur les conditionnements alimentaires

Non seulement les aliments doivent éviter de se détériorer, casser ou sortir de leur conditionnement, mais le conditionnement doit aussi être apte au contact direct avec les aliments et respecter la réglementation.

La réglementation sur le conditionnement apte au contact alimentaire

Un conditionnement alimentaire apte au contact alimentaire est un conditionnement qui contient les aliments sans les mettre en danger ni les altérer.

Boîte en papier cartonné contenant des frites et de la sauce

Ainsi, il ne libère pas d’arôme, d’odeur ou de substance nocive dans les denrées qu’il contient.

De plus, il limite le transfert de matériaux (ce qu’on appelle migration) vers les aliments en se conformant à la législation. Cette dernière impose en effet un seuil de migration à ne pas dépasser.

Enfin, s’ajoutent deux règles :

  • La colle utilisée dans votre conditionnement alimentaire doit être en majeure partie d’eau et son principe actif doit être d’origine végétale ou minérale
  • L’encre ne doit avoir aucune odeur et ne pas être en contact permanent avec les aliments

Pour savoir si votre conditionnement alimentaire est apte au contact alimentaire, il y a un test en 2 étapes à passer :

  • 1ère étape : vérification des risques que représente le contact entre les aliments et les matériaux lors de la production
  • 2ème étape : vérification du l’aptitude au contact alimentaire du contenant lors d’une exposition prolongée (pour simuler la réalité, de la sortie de l’usine au déballage par le consommateur)

Vous pouvez faire faire ce test par un institut indépendant mandaté.

Ces exigences de conformité sont détaillées dans le règlement CE n°1935/2004 concernant les matériaux et objets destinés à entrer en contact avec des denrées alimentaires.

Le logo verre et fourchette

Fourchette et verre, logo de conformité alimentaire

Une fois le test passé, votre conditionnement est conforme et reçoit le fameux logo représenté par une fourchette et un verre à pied.

Ce sigle montre que l’emballage en question est apte au contact alimentaire au sein de l’Union Européenne.

Voilà pour ce qui est des obligations en termes d’aptitude au contact alimentaire.

Voyons maintenant l’étiquetage et les informations obligatoires sur votre conditionnement alimentaire.

L’étiquetage obligatoire

Vous êtes légalement tenus d’informer les consommateurs lorsque l’aliment est préemballé.

Les informations à afficher sur l’étiquette de votre emballage alimentaire sont nombreuses, mais certains dépendant de ce que vous vendez :

  • La dénomination de vente qui définit le produit (par exemple : confiture extra de framboises)
  • La liste des ingrédients mis en œuvre par ordre d'importance pondérale décroissante (y compris les additifs et les arômes). Les ingrédients allergènes doivent être mis en relief ;
  • La quantité de certains ingrédients, par exemple ceux mis en valeur sur l'étiquetage ou dans la dénomination de vente (ex. gâteau aux fraises, pizza au jambon) ;
  • La quantité nette du produit en volume (produit liquide) ou masse (autres produits). Si le produit est présenté dans un liquide, l’indication du poids net égoutté ;
  • La date limite de consommation (DLC) pour les denrées périssables du point de vue microbiologique, exprimée sous la forme « à consommer jusqu'au… » ou, pour les autres produits, la Date de Durabilité Minimale (DDM), exprimée sous la forme « à consommer de préférence avant … ». Ces mentions doivent figurer en toutes lettres. Lorsqu'un produit alimentaire comporte une date de durabilité minimale « à consommer de préférence avant … », celui-ci reste consommable après cette date.
  • Le titre alcoométrique volumique acquis pour les boissons titrant plus de 1,2% d’alcool en volume ;
  • L'identification de l’opérateur sous le nom duquel la denrée est commercialisée. Il doit être implanté dans l’Union européenne. Si le conditionnement du produit est opéré par un prestataire, les coordonnées du centre d'emballage apparaissent alors sur l’étiquetage, précédées de « EMB » (ex. : EMB A07555) ;
  • Le numéro du lot de fabrication, indiqué sous une forme libre (ex. : lot 0607), à des fins de traçabilité ;
  • Le mode d'emploi, dès lors que celui-ci est nécessaire et/ou ses conditions de conservation spécifiques (ex. : à conserver dans un endroit sec) ;

Déclaration nutritionnelle sur un paquet de céréales

  • La déclaration nutritionnelle, obligatoire depuis le 13 décembre 2016.  Celle-ci peut être complétée, à titre volontaire, par le Nutri-score. Le Nutri-score est un logo basé sur une échelle de 5 couleurs allant du vert à l’orange foncé, associées à des lettres allant de A à E. Il informe de façon simplifiée le consommateur sur la qualité nutritionnelle des denrées alimentaires.
  • L'origine pour certaines denrées alimentaires.

Vous pouvez consulter le texte de loi complet sur le site du Ministère de l’Économie.

De plus, bien que cela ne revêt aucun caractère obligatoire, si votre produit alimentaire s’adresse à un public particulier, vous avez tout intérêt à le signaler. Cela peut faire toute la différence entre un consommateur qui achète ou va voir ailleurs.

Voici les indications que vous voudriez sûrement afficher :

  • AB (Agriculture Biologique) ou autre label biologique
  • Végétarien/vegan
  • Halal, casher
  • Sans lactose, sans sucre, sans gluten

Maintenant les aspects sécuritaires et informationnels couverts, voyons comment créer un conditionnement alimentaire qui facilite la vie à vos potentiels clients.

Comment créer un conditionnement alimentaire pratique

Étui de frites Mac Donalds

Pour aider vos clients à utiliser votre produit facilement et les pousser à l’achat, posez-vous ces questions :

  • Comment les consommateurs vont-ils manger les denrées alimentaires ?
  • Comment vont-ils utiliser l’emballage alimentaire ?
  • Est-ce que votre conditionnement alimentaire sera facile à ouvrir, à prendre en main, etc ?
  • Voulez-vous que vos aliments soient visibles que ce soit via une ouverture ou une fenêtre ? Est-ce que cela facilite ou rend difficile la prise en main ?
  • Où les consommateurs vont-ils en premier voir votre conditionnement alimentaire ? La présentation n’est pas la même en supermarché ou chez le traiteur et le conditionnement ne se fait pas au même moment

Répondre à ces questions vous aidera à choisir la forme et le matériau de votre conditionnement alimentaire.

Personne qui se sert des compléments alimentaires

Voici quelques exemples :

Attardons-nous un instant sur le doypack pour le café.

Sachet stand-up pour le café

Vous remarquerez qu’il peut être utilisé pour plusieurs denrées alimentaires et peut être plus ou moins avantageux selon ce que vous cherchez.

Le doypack prend généralement moins de place en stock car c’est un emballage souple.

Cela étant dit, vos clients préfèrent peut-être avoir leur café dans une boîte en métal (comme Malongo par exemple) car il ne se referme pas sur la cuillère de café quand on essaie de se servir.

Rendre votre conditionnement alimentaire plus éco-responsable

Pour rendre votre conditionnement alimentaire plus respectueux de l’environnement, vous pouvez vous baser sur les 3R : réduire, réutiliser, recycler.

Ainsi, la première chose à faire est de réduire par exemple un emballage surdimensionné s’il l’est ou de supprimer certaines parties de l’emballage.

Ensuite, vous pouvez faire en sorte qu’il soit biodégradable ou recyclable.

Une pratique qui commence à revenir aussi est la consigne, notamment pour les bouteilles en verre.

Bouteille en verre vert et verre

C’est une pratique particulièrement écologique mais qui demande en revanche d’avoir accès aux infrastructures nécessaires pour la collecte et le nettoyage de conditionnements alimentaires. Il faut aussi rendre la consigne incitative financièrement pour le consommateur.

Concernant le plastique, il est aujourd’hui de plus en plus mal vu et nous vous conseillons d’envisager des alternatives :

  • Carton ondulé, papier cartonné
  • Bioplastique
  • Plastique recyclé

Donner envie avec un design marquant

Bien que grandement déterminé par la réglementation ainsi que les exigences pratiques, le conditionnement alimentaire n’échappe pas pour autant à l’intérêt d’être bien designé.

En effet, si vous proposez vos aliments dans les rayons de supermarchés, que vos clients prennent à emporter/livrer ou que vous vendiez en ligne, vous avez tout intérêt à avoir un packaging marquant.

Ainsi, plutôt que de présenter vos frites dans un sachet en papier, pourquoi ne pas les présenter horizontalement dans une barquette ?

Bien sûr, pour les repas à emporter, pensez à afficher votre logo sur le sac papier.

Si vous vendez du café dans un doypack, pourquoi ne pas choisir une couleur inhabituelle comme le vert turquoise ?

Pensez bien sûr à garder les codes de votre marque à l’esprit :

  • Êtes-vous une marque audacieuse ou traditionnelle ?
  • Utilisez-vous des couleurs pétantes ou plus atténuées ?
  • Êtes-vous minimaliste ou expansif ?
  • Quelle police de caractère utilisez-vous ou vous va le mieux ?

Le conditionnement alimentaire : sécurité, praticité et design priment

Afin de préserver les aliments et la santé des concitoyens, la réglementation des conditionnements alimentaires vous impose plusieurs règles et de faire tester votre conditionnement alimentaire pour s’assurer de sa conformité.

Mais il ne faut pas non plus négliger le design, l’éco-responsabilité et la praticité de celui-ci :

  • Comment attirer l'œil sur votre produit alimentaire ?
  • Comment réduire l’impact environnemental de votre emballage alimentaire ?
  • Comment faciliter l’utilisation de vos denrées et de l’emballage ?

Chez Packhelp, tous nos conditionnements alimentaires sont conformes à la réglementation et notre équipe peut vous accompagner pour le designer et réduire son impact environnemental.

Trouver mon conditionnement alimentaire

Decor

Devancez vos concurrents. Recevez notre sélection de conseils & infos e-commerce et packaging.

check
Super!
Vous êtes maintenant inscrit!
Choose other country